Viticulture champenoise, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Hydraulique douce : du rêve à la réalité ?

Hydraulique douce : du rêve à la réalité ?

Flux RSSImprimer la page

Tel était le thème de la journée technique Erosion Vignoble qui a réuni à Reims 74 acteurs du vignoble champenois, tous concernés par la nécessité de changer les pratiques d’aménagements pour lutter contre l’érosion et le ruissellement

Cette rencontre, organisée par la Cellule Erosion de la Chambre d’agriculture de la Marne, a été marquée par l'intervention de six experts de l’hydraulique des coteaux en Champagne : Sabine LABOUREL (AESN1), Jean-Paul ANGERS (Comité Champagne), Florent MORIGNY (DDT2), ou de l’hydraulique douce en France, Paul VAN DIJK (CRAGE3), Jean-François OUVRY (AREAS4) et Hervé GASDON (ONF-RTM5), qui ont partagé leur vision sur ce thème.

Mais qu’entend-on vraiment par « ouvrage d’hydraulique douce » ?

Il s'agit d'ouvrages construits avec des plantes vivantes ou mortes. Leur objectif est d’utiliser les aptitudes biologiques, physiologiques et physiques des plantes pour apporter des solutions techniques à des problèmes de protection des sols, notamment la lutte contre l’érosion (Frossard et Evette 2009).

L’hydraulique douce regroupe tous les éléments qui interceptent les écoulements superficiels. Ils se trouvent sur les passages d’eau de ruissellement et impactent l’écoulement par un effet de freinage et/ou par un effet sur l’augmentation de l’infiltration. De ce fait, l’hydraulique de l’écoulement se modifie.Par exemple, le freinage diminue la capacité du ruissellement à transporter des sédiments et induit ainsi des dépôts en amont ou dans le dispositif.

L’hydraulique douce peut se présenter sous différentes formes : bandes enherbées, ouvrages bois, gratte à viva, haies anti-érosives, fascines, boisement d’infiltration, talus/fossé, ou des combinaisons de ces éléments.

Tous les acteurs concernés par des projets d’hydrauliques extra-urbains étaient invités à cette journée. Les bureaux d’études, les porteurs de projets, les partenaires techniques et les partenaires financiers ont pu écouter nos six experts sur la réglementation, le financement et la technique de réalisation d’ouvrages d’hydraulique douce.

Trois thèmes ont notamment été développés : le diagnostic d’un bassin versant par le biais de la modélisation, les aménagements d’hydraulique douce en intra-parcellaire et les aménagements d’hydraulique douce dans les zones extra-parcellaires.

Encore peu présents dans les coteaux Champenois, les fascines, les haies de lutte contre l’érosion, les noues enherbées, les grata viva, et autres aménagements seront sans nul doute les fers de lance de la nouvelle approche économique et écologique de l’aménagement raisonné et durable du vignoble Champenois.

Dans les mois et années à venir, ces ouvrages, couramment utilisés dans d’autres régions, disposeront de plus de références concernant leur dimensionnement, leur durée de vie, leur efficacité, la pertinence de leur emplacement et l’entretien nécessaire. En tout état de cause, leur efficacité sera pleinement complétée par la poursuite du développement de l’enherbement des parcelles de vigne par chaque exploitant.

Pour plus d'informations:

Blandine DUPONT - Xavier CARPENTIER
Cellule érosion Chambre d’agriculture de la Marne
Tél.03 26 77 36 50

AESN1 : Agence de l’Eau Seine Normandie
DDT2 : Direction Départementale des Territoires
CRAGE3 : Chambre Régionale d’Agriculture du Grand Est
AREAS4 : Association de recherche sur le Ruissellement, l’Érosion et l’Aménagement du Sol
ONF-RTM5 : Office National des Forêts – Restauration des Terrains en Montagne