Viticulture champenoise, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Plan de soutien gouvernemental à la viticulture

Plan de soutien gouvernemental à la viticulture

Flux RSSImprimer la page

Les Chambres d'agriculture de l'Aube et de la Marne soutiennent l’analyse faite par le Syndicat Général des Vignerons de Champagne sur le plan de soutien gouvernemental à la viticulture.

Consultez l'expression de la Chambre d'agriculture de l'Aube en soutien au SGV

Faiblesse du plan de soutien gouvernemental à la viticulture : une copie à revoir

En effet,

  • la viticulture française emploie 500 000 personnes (emplois directs et indirects) et génère 33 milliards d’€ de chiffre d’affaire dont plus de 13 milliards d’€ à l’export (deuxième secteur excédentaire dans la balance commerciale française), elle représente un poids non négligeable dans l’économie française,
  • dans la viticulture française et européenne, la filière champenoise permet de maintenir l’attractivité  du bassin de production (30 000 emplois directs, 40 000 contrats saisonniers et 93 000 contrats vendanges) en commercialisant 297 millions de bouteilles pour un chiffre d’affaire de 5,1 milliards d’€ (chiffres 2019),
  • la crise de la Covid-19 a fortement impacté la filière et en particulier la Champagne qui subit une baisse de ses ventes de 30% depuis le début de l’année 2020,
  • face à cette crise, les organisations professionnelles et interprofessionnelles viticoles champenoises ont pris des décisions responsables : poursuite de l’activité pendant le confinement, non-recours au chômage partiel, non-recours à la distillation, limitation stricte de la production etc… 
  • le Champagne constitue un des emblèmes de la France et participe à son rayonnement à travers le Monde.

Pourtant,

  • les soutiens publics nationaux et européens envers la filière viticole nationale sont très insuffisants (265 millions d’€ hors exonération de charges sociales) au regard des plans massifs d’aides à l’industrie aéronautique et automobile (respectivement 15 milliards d’€ et 8 milliards d’€),
  • le plan de soutien gouvernemental à la viticulture consiste quasi exclusivement en des aides à la destruction de la production : 2, 7 millions d’hl envoyés en distillation,
  • le dispositif d’exonération totale de cotisations sociales proposé par le gouvernement et voté par le Parlement (perte de 80% de CA entre le 15/03 et le 15/05 pour une exonération totale) exclut la quasi-totalité des exploitations viticoles champenoises de son bénéfice, contrairement aux annonces gouvernementales du printemps.

C’est pourquoi, la Chambre d’agriculture de l’Aube demande au gouvernement de prendre en compte la mesure des difficultés rencontrées par les vignerons champenois et de proposer un dispositif ambitieux d’allègement des charges (exonération de cotisations sociales, aménagement de la fiscalité sur les stocks, de la transmission des exploitations). Elle appelle les pouvoirs publics à prévoir dans son plan de relance une juste place à une filière d’excellence et à être plus présents à ses côtés face aux difficultés.

Consultez la motion votée en Session par la Chambre d'agriculture de la Marne

La Chambre d’agriculture de la Marne (51), réunie en session le 21 août dernier,, sous la présidence de Béatrice MOREAU, a voté à l'unanimité la motion ci-dessous.                                         

  • Considérant le poids de la viticulture française dans l’économie employant 500 000 personnes (emplois directs et indirects) et générant 33 milliards d’€ de chiffre d’affaire dont plus de 13 milliards d’€ à l’export (deuxième secteur excédentaire dans la balance commerciale française) ;  
  • Considérant la place de la filière champenoise dans la viticulture française et européenne permettant de maintenir l’attractivité  du bassin de production (30 000 emplois directs, 40 000 contrats saisonniers et 93 000 contrats vendanges) en commercialisant 297 millions de bouteilles pour un chiffre d’affaire de 5,1 milliards d’€ (chiffres 2019) ;
  • Considérant l’impact très fort de la crise de la Covid-19 sur la filière et en particulier la Champagne qui subit une baisse de ses ventes de 30% depuis le début de l’année 2020 ;
  • Considérant les décisions responsables prises par les organisations professionnelles et interprofessionnelles viticoles champenoises : poursuite de l’activité pendant le confinement, non-recours au chômage partiel, non-recours à la distillation, limitation stricte de la production etc… ;
  • Considérant que le Champagne constitue un des emblèmes de la France et participe à son rayonnement à travers le Monde.
  • Regrette l’insuffisance des soutiens publics nationaux et européens envers la filière viticole nationale (265 millions d’€ hors exonération de charges sociales) et constatent a contrario les plans massifs d’aides à l’industrie aéronautique et automobile (respectivement 15 milliards d’€ et 8 milliards d’€) ;
  • Constate que le plan de soutien gouvernemental à la viticulture consiste quasi exclusivement en des aides à la destruction de la production : 2, 7 millions d’hl envoyés en distillation ;
  • Déplore qu’après les annonces gouvernementales du printemps, le dispositif d’exonérations totale de cotisations sociales proposé par le gouvernement et voté par le Parlement (perte de 80% de CA entre le 15/03 et le 15/05 pour une exonération totale) exclut la quasi-totalité des exploitations viticoles champenoises de son bénéfice ;
  • Demande au gouvernement de prendre en compte la mesure des difficultés rencontrées par les vignerons champenois et de proposer un dispositif ambitieux d’allègement des charges (exonération de cotisations sociales, aménagement de la fiscalité sur les stocks, de la transmission des exploitations) ;
  • Appelle les pouvoirs publics à prévoir dans son plan de relance une juste place à une filière d’excellence et à être plus présents à ses côtés face aux difficultés.